STOP Hommes Battus France Association

STOP Hommes Battus France Association

Interview par l'AFP - Etudes internationales Femmes et Hommes battues

 

https://factuel.afp.com/un-homme-sur-cinq-victime-de-violences-conjugales-un-chiffre-infonde-et-decontextualise

 

 

Un homme sur la dune du Pyla, le 23 novembre 2017 (AFP / Nicolas Tucat)

 

"Un homme sur cinq victime de violences conjugales" ? Un chiffre infondé et décontextualisé

Un article belge, partagé également en France, soutient que "20% des hommes sont victimes de violence conjugale". Si une enquête concernant les Etats-Unis semble confirmer ce chiffre, cette statistique n'existe pas en France ou en Belgique. Toutes les enquêtes montrent en outre que les femmes sont victimes des violences conjugales les plus graves, bien avant les hommes.

Un article paru en janvier 2017 sur le site de l'hebdomadaire belge Le Vif, partagé sur les réseaux sociaux plus de 3.000 fois en près de trois ans selon l'outil de mesure Crowdtangle, est titré "Un homme sur cinq est victime de violence conjugale".

"Les études internationales démontrent qu'une femme sur quatre subit une forme de violence conjugale, mais aussi qu'un homme sur cinq vit une expérience similaire. Certaines études affirment même qu'il y a très peu de différence entre les sexes", y affirme Kasia Uzieblo, professeure à l'Université de Gand.

Interrogée par l'AFP, Mme Uzieblo indique par courriel avoir "donné cette interview il y a un bout de temps. Je ne me souviens donc pas si je suis la source de ces chiffres". Mais elle a ajouté dans son message plusieurs liens vers des études concernant des pays anglo-saxons.

Une question de définition... et de période

Qu'entend-on par violence conjugale ? La question est capitale, et de sa réponse dépend l'ampleur du phénomène. Selon la définition largement retenue, ces "violences" en provenance d'un partenaire intime ne sont pas que physiques mais aussi psychologiques. 

Voilà ce qu'en dit un dépliant gouvernemental français intitulé "Violences au sein du couple : la loi avance", vieux déjà de quelques années.

D'après ce dépliant, rabaisser l'autre tout en pratiquant des formes de harcèlement fait partie des violences conjugales.

Pour cet article, nous avons interrogé Pascal Combe, président de l'association SOS Hommes Battus qui milite pour une reconnaissance plus large de ce phénomène, sur le chiffre évoqué par la chercheuse belge d'"un homme sur cinq victime de violences conjugales".

M. Combe trouve ce chiffre exagéré. "Sur Internet, vous tomberez sur plein de chiffre fantaisistes. Aux Etats-Unis, dans toutes les enquêtes faites, des centaines, ils se rapprochent de dix pour cent de victimes, en incluant aussi les violences morales. C'est comme les femmes. Et 10%, c'est déjà énorme. Beaucoup de gens ne sont pas prêts à le croire".

Pour autant, il insiste aussi sur le fait que, comme pour les femmes, "les hommes ne portent pas plainte" et "des plaintes sont ignorées voire refusées" à cause du "tabou" sur le sujet.

L'ampleur des violences conjugales est mesurée à l'aide d'études de "victimation", dans lesquelles un large échantillon de personnes, représentatif d'une population donnée, est interrogé pour connaître les infractions dont ils estiment avoir été victimes dans une période de temps définie, de la part de partenaires ou d'ex-partenaires.

Au vu des études existantes, il est déjà clair que cette proportion d'un homme sur cinq victime de violences conjugales ne peut éventuellement être valable qu'"au cours d'une vie entière" et non chaque année, car les études dans ce cas donnent des chiffres bien inférieurs.

Les études concernant les Etats-Unis, l'Angleterre et la Belgique

Etats-Unis

L'enquête de victimation américaine s'intitule "National Intimate Partner and Sexual Violence Survey" et a été publiée en novembre 2018 par le National Center for Injury Prevention and Control, qui dépend d'une agence fédérale, le CDC.

Cette étude de victimation se fonde sur plus de 10.000 répondants. Selon cette étude, "un homme sur trois" (33,6%) au sein des Etats-Unis a expérimenté une violence sexuelle, une violence physique et/ou des comportements de harcèlement par un ou une partenaire intime au cours de sa vie.

Angleterre et Pays de Galles

Une autre étude de victimisation concerne l'Angleterre et le Pays de Galles, réalisée à l'aide de 34.163 répondants, et a été publiée le 25 novembre 2019.

D'après cette étude, à la fin mars 2019, 10,3% des hommes de 16 à 74 ans, soit un sur dix dans cette catégorie, ont eu à subir de la part de leur partenaire un abus, quel qu'il soit (abus non-physique, menaces, usage de la force, agression sexuelle ou harcèlement).

Belgique

Nous n'avons pas trouvé de statistiques portant sur l'ensemble de la vie des répondants en Belgique.

En France ?

Nous n'avons pas non plus trouvé d'études de "victimation" en France portant sur les hommes et les violences conjugales au cours d'une vie entière dans leur acceptation la plus étendue, permettant de dire qu'"un homme sur X" est victime dans sa vie de ce type de violences.

Aurélien Langlade, responsable des études criminologiques à l'Observatoire de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), a confirmé à l'AFP qu'il n'y avait à "sa connaissance pas d'enquête qui indique le nombre d’hommes victimes de violences conjugales au cours de leur vie".

"Par contre l’enquête de victimation nationale française Cadre de vie et sécurité peut fournir des estimations chiffrées du nombre d’hommes qui se déclarent victimes de violences conjugales durant l’année avant la passation de l’enquête. Les effectifs étant faibles chaque année, nous sommes obligés de cumuler les années d’enquêtes pour avoir ces chiffres. Il s’agit donc d’une estimation moyenne sur une période donnée : chaque année, en moyenne, entre 2011 et 2018, 82 000 hommes de 18-76 ans se déclarent victimes de violences par un conjoint ou ex-conjoint, ce qui représente 0,4 % des hommes de 18-76 ans", explique M. Langlade.

"Concernant les femmes victimes", poursuit-il, "chaque année, en moyenne, entre 2011 et 2018, 213 000 femmes de 18-76 ans se déclarent victimes de violences par un conjoint ou ex-conjoint, représentant 0,9 % des femmes de 18-76 ans". 

Et de conclure : "Sur cette période, en moyenne, la part des hommes victimes est de 28 % (72 % de femmes victimes)".

En France, donc, ce sont majoritairement les femmes qui se déclarent victimes de violences conjugales, puisque 3 victimes sur 4 victimes sont des femmes.

Cette statistique se retrouve dans d'autres pays.

Les femmes plus victimes que les hommes de violences conjugales, que ce soit au cours de leur vie ou chaque année

Aux Etats-Unis, 36,4% des femmes, soit plus d'une sur 3, a affirmé  avoir expérimenté une violence sexuelle, physique et/ou des comportements de harcèlement par un partenaire intime au cours de sa vie. C'est quelques points de plus que le taux pour les hommes (33,6%) mentionné plus haut.

En Angleterre et au Pays de Galles, 24,7% des femmes disent avoir déjà eu à subir de la part de leur partenaire ou ex-partenaire un abus de toute sorte (abus non-physique, menaces, usage de la force, agression sexuelle ou harcèlement). C'est 2,5 fois plus que le taux (10,3%) mentionné pour les hommes.

En Belgique, d'après une étude portant sur l'année 2010 de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, 2,8% des femmes disent avoir subi des faits de violences physiques ou de violences sexuelles (0,9% pour ce seul type de violence) dans les 12 derniers mois de l'enquête de la part de partenaire ou ex-partenaire. Chez les hommes, cette proportion est de 0,8% dont aucun cas de violence sexuelle.

Sur ces trois pays, des hommes sont victimes de violences conjugales mais leur part est inférieure voire très nettement inférieure à la part de femmes victimes du même phénomène. Le taux d'un homme sur cinq victime de violences conjugales au cours de sa vie est plus que corroboré par l'étude américaine, qui estime même ce taux à un sur trois, mais pas par l'étude britannique, qui estime ce taux à un sur dix. 

En France, on ne sait pas. Dans le cadre de son projet sur les féminicides de l'année 2019, l'AFP a évoqué ces questions, expliquant qu'une victime d'homicile conjugal sur cinq est un homme, souvent un ex-bourreau.

Une très nette différence de gravité

Mettre un signe égal entre la proportion d'hommes et de femmes victimes de violences conjugales occulte quoiqu'il en soit une partie du problème : la très nette différence de gravité entre les violences conjugales dont les femmes sont ou se disent victimes et celles dont les hommes sont ou se disent victimes.

Voilà ce que disent les chiffres officiels enregistrés par les forces de police pour 2018 :

Sur 149 victimes adultes d'homicides liés aux violences conjugales, 121 sont des femmes (soit plus de 81%), selon une étude nationale sur les morts violentes au sein de couple du ministère de l'Intérieur. Entre 2006 et 2018, cette proportion est stable, fluctuant entre 78 et 86%.

Toujours selon la même étude, sur 2 960 viols enregistrés par les forces de sécurité en France en 2018, 99%, soit 2.930, sont perpétrés sur des femmes. Pour 570 agressions sexuelles enregistrées, 96% des victimes sont les femmes. Pour 91.100 faits de violences volontaires enregistrés, 87% des victimes sont des femmes. Pour 13 430 victimes de menaces de mort enregistrées, 91% sont des femmes. Pour 14.720 victimes de harcèlement et autres menaces enregistrées, 89% sont des femmes.

Au total, sur 122 820 crimes et délits correspondant à des violences commises par le ou la partenaire et enregistrés par les forces de sécurité en France, 88% des victimes sont des femmes.

(Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) - Base des victimes de crimes et délits 2018)

En 2018, la justice a par ailleurs condamné 18 591 personnes pour des violences entre partenaires. 96% sont des hommes. 62 personnes ont été condamnées pour homicides volontaires, dont 54 hommes. Les 65 personnes condamnées pour des viols sont toutes des hommes.

Du côté des enquêtes de victimation, en Angleterre et au Pays de Galles, 4,3% des femmes de 16 à 74 ans déclarent avoir été victime d'un viol ou d'une tentative de viol par un partenaire, contre 0,1% des hommes. 

Aux Etats-Unis, dans l'étude déjà mentionnée, cette statistique sur les viols et/ou tentatives par des partenaires n'existe pas, mais près d'une femme sur cinq (18,3%) déclare avoir été l'objet d'un viol ou d'une tentative de viol, d'une coercition sexuelle ou d'un contact sexuel non sollicité par un partenaire au cours de sa vie, contre 8,2% des hommes (soit 1 sur 12).

 



17/12/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres