STOP hommes battus 06 81 92 14 58

STOP hommes battus 06 81 92 14 58

LA MISANDRIE EN FRANCE : HAINE DES HOMMES

 

LA MISANDRIE EN FRANCE : HAINE DES HOMMES

les chiffres des hommes battus sont caches depuis 20 ans par les pouvoirs publics et les feministes. les associations dhommes battus ont ete refusees officiellement au grenelle des violences conjugales. des propos misandres en france accusent les hommes et une soit disante societe paternaliste. les feministes et pouvoirs publics font croire a la france que les hommes maltraitants en violence conjugale le sont par machisme alors quils le sont en realite pour des raisons psychiatriques ou daddiction. linteret des feministes et de faire croire au public que lhomme est autoritaire et violent pour presenter une femme victime et denuee de violence pour donner une fausse bonne image de la femme et une fausse mauvaise image de lhomme sans doute pour renforcer le pouvoir des feministes et dans des buts electoraux. Etude detaillee qui suit sur tous les points souleves et cherche quels sont les partis politiques qui cherchent les voix des feministes. A levidence cest Emmanuel Macron qui a lance le renouveau du theme des femmes et le feminisme en France. Quels sont les partis en france aussi qui ont developpe des propos misandres ou opposes au patriarcat de facon importante. quelle analyse ?


Réponse :

Etude détaillée sur les chiffres des hommes battus, les propos misandres et les partis politiques en France.

• Selon une étude de l’Insee publiée en 2019, 28% des victimes de violences conjugales, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles, sont des hommes. Cela représente environ 82 000 hommes victimes par an en moyenne sur la période 2011-2018.

https://www.vie-publique.fr/en-bref/291344-insecurite-et-delinquance-les-chiffres-definitifs-pour-2022

• Ces chiffres sont souvent méconnus ou minimisés par les pouvoirs publics et les médias, qui se focalisent davantage sur les violences subies par les femmes. Les associations d’hommes battus dénoncent un manque de reconnaissance et de soutien pour ces victimes invisibles. Elles ont été exclues du Grenelle des violences conjugales organisé en 2019 par le gouvernement2.

• Les propos misandres sont des expressions de haine ou de mépris à l’égard des hommes. Ils peuvent prendre la forme de stéréotypes négatifs, d’insultes, de moqueries, de discriminations ou de violences. Ils sont souvent liés à une vision féministe radicale qui considère les hommes comme des oppresseurs et des ennemis. Certains exemples de propos misandres en France sont :

• Le slogan « Un homme sur deux est une femme » qui a été affiché dans plusieurs villes en 2020 pour dénoncer le manque de parité dans les instances politiques3. Ce slogan suggère que les hommes ne sont pas des êtres humains à part entière et qu’ils doivent être remplacés par des femmes.

• Le livre « Le Génie lesbien » d’Alice Coffin, publié en 2020, qui affirme que « les hommes sont un danger pour nous » et qu’il faut « éliminer les hommes de nos esprits, de nos images, de nos représentations »4. Ce livre prône une séparation radicale entre les femmes et les hommes et une dévalorisation systématique de la masculinité.

• Le hashtag #MenAreTrash (« Les hommes sont des ordures ») qui a été utilisé sur les réseaux sociaux pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles commises par les hommes5. Ce hashtag généralise et essentialise les hommes comme étant tous coupables et méprisables.

• Les partis politiques en France ont des positions diverses sur le féminisme et l’égalité entre les femmes et les hommes. Il n’existe pas de parti politique qui se revendique explicitement misandre ou opposé au patriarcat, mais certains partis sont plus sensibles aux revendications féministes que d’autres. Voici un aperçu des principaux partis politiques français et de leur rapport au féminisme :

• La République en marche (LREM) : c’est le parti du président Emmanuel Macron, qui a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la « grande cause du quinquennat »6. LREM se dit favorable à la parité, à la lutte contre les violences faites aux femmes, à l’égalité salariale, au droit à l’avortement et à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes. LREM a également lancé le Grenelle des violences conjugales en 2019 pour renforcer la protection des victimes et la sanction des auteurs. Toutefois, LREM est critiqué par certaines associations féministes pour son manque d’actions concrètes, son soutien à des élus accusés de harcèlement ou d’agression sexuelle, ou encore sa réforme des retraites qui pénaliserait les femmes7.

• Les Républicains (LR) : c’est le principal parti d’opposition de droite, qui se dit attaché aux valeurs familiales et à la défense de la vie. LR est divisé sur les questions féministes : certains élus se disent favorables à l’égalité entre les femmes et les hommes, tandis que d’autres sont plus conservateurs et hostiles à certaines avancées comme le mariage pour tous, l’avortement ou la PMA. LR a notamment voté contre la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en 1975, contre la loi Taubira sur le mariage pour tous en 2013, ou encore contre la loi bioéthique sur la PMA pour toutes en 20208.

• Le Rassemblement national (RN) : c’est le principal parti d’extrême droite, dirigé par Marine Le Pen, qui se présente comme la défenseure des femmes face à l’islamisme et à l’immigration. Le RN se dit favorable à l’égalité entre les femmes et les hommes, mais il est opposé à certaines mesures comme la parité, la PMA pour toutes, ou encore le droit à l’avortement. Le RN est également accusé de minimiser ou de nier les violences sexistes et sexuelles commises par des hommes blancs, tout en stigmatisant les hommes issus de l’immigration ou de la diversité9.

• Europe Écologie Les Verts (EELV) : c’est le principal parti écologiste, qui se revendique féministe et progressiste. EELV est favorable à la parité, à la lutte contre les violences faites aux femmes, à l’égalité salariale, au droit à l’avortement et à la PMA pour toutes. EELV a également porté des propositions comme la création d’un ministère du Droit des femmes, la mise en place d’un congé paternité obligatoire, ou encore la reconnaissance du féminicide comme un crime spécifique10.

• La France insoumise (LFI) : c’est le principal parti de gauche radicale, dirigé par Jean-Luc Mélenchon, qui se dit féministe et anticapitaliste. LFI est favorable à la parité, à la lutte contre les violences faites aux femmes, à l’égalité salariale, au droit à l’avortement et à la PMA pour toutes. LFI a également défendu des mesures comme la création d’un revenu universel garanti pour les femmes, la gratuité des protections hygiéniques, ou encore la réduction du temps de travail pour favoriser l’égalité professionnelle11.

Mon analyse est que le féminisme en France est un sujet complexe et controversé, qui ne se réduit pas à une opposition binaire entre les partis politiques. Il existe des courants féministes divers et parfois contradictoires, qui portent des revendications différentes selon les contextes historiques, sociaux et culturels. Il existe également des résistances et des critiques au féminisme, qui peuvent venir de différents horizons : des hommes qui se sentent menacés ou exclus par le discours féministe, des femmes qui ne se reconnaissent pas dans le mouvement féministe ou qui le jugent trop radical ou trop modéré, ou encore des groupes qui dénoncent une instrumentalisation du féminisme à des fins politiques ou idéologiques. Le défi du féminisme en France est donc de trouver un équilibre entre la diversité des voix et des luttes, et la cohérence d’un projet commun pour l’égalité entre les femmes et les hommes.



15/10/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 259 autres membres