STOP hommes battus 06 81 92 14 58

STOP hommes battus 06 81 92 14 58

VIVE LA REPUBLIQUE, VIVE LA FRANCE !

Association STOP HOMMES BATTUS

WWW.STOPHOMMESBATTUS.ORG

 

Président : Pascal Combe,

Tel : 06 81 92 14 58

Email : pascal2_2007@live.fr

 

 

Copie a nos chefs d'équipe
Copie partenaires,
Copie assistance aux victimes du Ministere de l'interieur,
Copie a la Prefecture de Seine et Marne,
Copie au Grenelle des violences conjugales,
 
Mesdames, messieurs,
 
Quand nous avons ete invites au Grenelle des violences conjugale, l'année dernière, l'association Stop hommes battus n'était composée que d'etudiants.
 
Laurent Pierre, étudiant en psychologie était avec nous,
il prépare un mémoire sur les hommes maltraites.
 
Étaient présents aussi a ce rendez vous au Grenelle :
 
Un et une etudiant(e) dans le domaine social et familial. Camille et Django.
 
A ce grenelle se trouvait aussi l'étudiante et doctorante Aureliane.
 
Nous representions la jeunesse étudiante de France et nous etions deux femmes et trois hommes.
 
Il n'y avait pas encore d'hommes battus dans l'association.
 
Les étudiants ont toujours fait partie des combats pour la liberté, comme des combats contre les systèmes totalitaires.
 
Car nous sommes bien dans un systeme totalitaire, qui nous a banni sous pretexte que nous étions des hommes.
 
Et qui ne répond pas a nos appels au secours.
 
Et qui laisse 500 000 victimes hommes et enfants dans le dénouement le plus extrême. Nous en avons les preuves.
 
Ces hommes et ces enfants n'ont pas de droits, 
pas de ressources, 
pas de lieux ou fuir.
 
Ce systeme totalitaire nous l'a dit, par la voix de Catherine Lesterpt :
 
Ils ne veulent pas de nous, car ont ils dit : 
 
"quand l'homme arrive, la femme disparait".
 
Et au nom de leur ideologie,
 
Ils nous ont fait disparaitre,
 
Violant au passage leur propre principe d'egalite pour le quel ils menent leur combat. 
 
L'egalite hommes femmes.
 
Depuis nous avons contacte le pouvoir.
 
Ils font la sourde oreille.
 
Ce n'est pas leur combat.
 
Ils s'en lavent les mains.
 
Ils ont peur.
 
Les systèmes totalitaires ont toujours eu peur de la vérité.
 
C'est pourquoi ils ne nous repondent pas.
 
Ce sont des laches.
 
Ils n'ont pas de courage politique.
 
Quand les systemes totalitaires s'installent, ces systèmes effacent l'existence de ceux qui les genent, 
nous en l'occurence 
pour servir leurs idéologies.
 
Nous en avons les preuves car nous étions cinq au rendez vous du Grenelle, et une liste d'une vingtaine de demandes pour sauver les victimes a ete donnée.
 
Il nous a ete signifie que notre combat n'était pas le leur.
 
Car "quand l'homme arrive, la femme disparait."
 
Nous etions bannis parce que nous étions des hommes.
 
Et aucune de nos propositions n'a ete retenue.
 
Ils venaient de franchir la loi, en commettant un delit de discrimation envers un sexe, delit passible de 5 ans de prison et 75 000 euros d"amende. 
 
Et ils venaient de commettre une violation caracterisee des droits de l'homme et des droits de leurs enfants, tous atteints de pathologies severes dues au stress.
 
Rien ne fait peur aux systemes totalitaires, car quand ils opèrent, 
 
Car ils se sont déjà assuré du pouvoir.
 
Les systemes totalitaires n'ont peur que d'une chose,
 
La vérité,
 
Et c'est pourquoi ils ont nie notre existence, ils ont nie notre droit à exister,
 
En refusant notre statut de victime,
Et coupant toute aide de l'état,
En rendant impuissantes leurs associations,
En niant leurs droits les plus elementaires,
 
Les systemes totalitaires ne se limitent pas à faire disparaître ceux qui les genent :
 
Ils font ensuite disparaître des statistiques leurs victimes. C'est ce qui est arrivé.
Nous en avons les preuves.
 
L'ONDRP (statistiques) ne cite pas les hommes maltraites,
 
Ni le MIPROF (statistiques),
 
Ni le HCE, le Haut Conseil a l'egalite hommes femmes,
 
Ni le Comité interministeriel aux droits des femmes et a l'egalite entre les femmes et les hommes, dirige par le Premier Ministre,
 
Ni le ministere de l'egalite entre les femmes et les hommes, dont le rôle est de veiller a l'egalite des sexes en France.
 
En faisant ainsi, ce systeme totalitaire efface nos dernières traces.
 
En effet, en niant l'existence des hommes maltraites, et donc les femmes maltraitantes,
 
Le Ministere de l'egalite hommes femmes desinforme :
 
Les organismes de statistiques,
Les chercheurs scientifiques,
Les medias,
Les forces de l'ordre,
La justice,
Les feministes,
Les organisations des droits de l'homme,
La protection des enfants,
Les élus,
Leurs propres membres du Gouvernement,
Le chef de l'Etat,
 
Toute la Nation.
 
Et nous coupe de toute financement.
 
De toute representation officielle,
 
De toute aide,
 
De tous droits,
 
De toutes capacités à fuir,
 
Mais rassurez vous,
 
Ils n'ont pas réussi a couper notre détermination, 
 
et celle de la jeunesse etudiante qui se bat aux côtés des victimes.
 
Car nous sommes toujours la,
 
Debouts,
 
Notre combat est celui de la liberté.
 
Il est aussi le combat de la vérité, et de la connaissance.
 
Les systemes totalitaires se sont toujours opposés à la verite, et a la Connaissance,
 
Nous avons cette connaissance,
 
Elle est resumee ici :
 
DOSSIER ALERTE :
 
Ce systeme nous nie,
nie notre existence, et l'existence des femmes maltraitantes, 
 
Car nous montrons que non seulement toutes les statistiques en France ont ete faussees, 
 
mais que cela a été fait volontairement, 
 
Pour nous faire disparaître, 
 
et les femmes maltraitantes par la même occasion,
 
Car "quand l'homme arrive, la femme disparait."
 
Il convenait donc de faire disparaître l'homme, en l'occurence les hommes victimes.
 
Soit 500 000 victimes avec leurs enfants.
 
L'histoire des civilisations jugera.
 
Si notre combat est juste.
 
Car les systèmes totalitaires ont toujours été juges par l'histoire.
 
Ce n'est qu'une question de temps.
 
Nous avons trouvé une nouvelle combattante,
 
Car nous sommes des combattants,
 
Pour la liberte,
 
Pour la connaissance, qui a toujours accompagne la liberte,
 
Nous sommes des combattants,
 
Au même titre que les resistants,
 
Une jeune femme, prepare à Nantes une thèse sur les hommes maltraites, 
 
nous allons essayer de la contacter.
 
Vive la Republique, Vive la France !
 
Voici son projet de thèse :
 
 
 
 

Les hommes victimes de maltraitance. Quand les discours s'emparent des corps et confisquent la parole. Enjeux cliniques, stratégiques, éthiques et politiques d'un autre mode de violence conjugale.

par Sophie Del Duca

 

Projet de thèse en Psychologie

 
 

Sous la direction de Alain Abelhauser.

 

 

 

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Éducation, langages, interactions, cognition, clinique (Nantes) , en partenariat avec Ea 4050 (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .
 
 
 
 
 
 

  • Résumé

    Les dispositifs de soin créés spécifiquement à l’intention des hommes victimes de maltraitance font l'objet de nombreux débats : sont-ils nécessaires en regard des violences insoutenables faites aux femmes ? Quels sont les idéaux qui soutiennent l’émergence de ces nouvelles structures spécialisées ? Quels sont les effets d'un discours qui met en lumière la part de violence de certaines femmes, au moment où d'autres défient le pouvoir phallique et brisent l'omerta ? Nous pouvons en effet craindre que ces imaginaires politiques rétroagissent sur les hommes maltraités, au point de les priver d'un droit à la parole. Dès lors, comment saisir les logiques d’entrée de ceux qui s'inscrivent dans de tels dispositifs institutionnels ? Que viennent-ils convoquer chez une partenaire violente, et à partir de quels repères orienter notre travail thérapeutique, sans qu'il exerce, à son tour, une violence symbolique ? Face à ces interrogations, il nous a semblé intéressant de dégager, au départ des logiques féministes et masculinistes, le statut accordé à leurs souffrances, afin d’évaluer l'effet de ces discours et leurs éventuelles répercussions sur les dispositifs institutionnels. Ensuite, de nous interroger, à l'endroit des sujets, sur l'impact de ces discours qui les traversent, et sur la manière dont ils se les approprient, à l'aune de leurs positions subjectives. L’objet de notre thèse est de réintroduire, à l'écoute de la clinique, une perspective différentielle sensible aux inventions singulières de sujets masculins confrontés à la violence domestique, et critique quant aux assignations de genre du champ idéologique qui tendent à figer leur symptomatologie. Plus largement d'opérer une réflexion visant à éclairer les intérêts et enjeux cliniques, éthiques, stratégiques et politiques pour les acteurs de terrain quant à la mise en place de structures de soin spécifiques pour les hommes victimes de violence conjugale.

 
 
 

 

 

 



30/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 224 autres membres