STOP Hommes Battus

STOP Hommes Battus

REFLEXIONS SUR NOTRE COMBAT

 

 

MES REFLEXIONS APRES 7 ANS D'EXPERIENCE,

ET 7 ANS DE COMBAT CONTRE UN TABOU :

Chers lecteurs et lectrices aurez-vous le temps de lire nos dossiers sur la première page de notre site ?
Pour juger de la pertinence de nos réflexions ? Il s’agit tout au plus d’une seule heure de lecture.
Mais que de nouvelles à apprendre ?

 

Que vaut la vie, quand il faut vivre en esclave ?

 

C'est probablement cette question que doivent se poser les 80 000 victimes hommes et plus tard sans doute les 260 000 enfants spectateurs qui vont hériter de pathologies physiques et psychiques que les professionnels ont constaté en France et à l'étranger.

 

Quand on sait que les chiffres des hommes victimes sont probablement sous évalués, et qu'il y a probablement dans tous les pays autant hommes que de femmes victimes de violence conjugale (voit nos dossiers), nous pourrions approcher ou dépasser le demi-million de victimes hommes et enfants en France.

 

Pour un coût médical et social de plusieurs milliards d'euros, si on se réfère à des études étrangères.

 

Victimes hommes et enfants qui sont sacrifiés au nom des idées recues  sur les hommes et femmes victimes de violence conjugale en France.

 

Au Pays des droits de l'homme,

 

Quand je me suis adressé, quand j'étais victime, à une association financée par la justice, deux femmes psychologues m'ont dit qu'il n'y avait aucune structure d’hébergement d’urgence prévue en France pour les hommes victimes. Et leurs enfants. Et elles m'ont conseillé de choisir la rue à mon bourreau.

 

Nous avons 1500 hommes victimes par an qui nous appellent, et une bonne partie sont dans mon cas.

 

C'est à dire avec les enfants spectateurs, sans doute plusieurs centaines de milliers de victimes piégées par leur bourreau car leur père font partie des 95% de victimes qui ne portent pas plainte par peur de leur bourreau.

 

Et victimes hommes et leurs enfants qui ne peuvent pas quitter leur bourreau car ils n'y a pas de places d’hébergement pour hommes maltraites et ces enfants en France.

Alors que les femmes victimes en ont des milliers.

 

Pourquoi ?

 

Comme il y a probablement autant hommes victimes que de femmes victimes en France, comme ailleurs, (voir nos dossiers), on peut penser que les idées recues en France sur les hommes et les femmes victimes empêchent de nombreux responsables de voir la réalité telle qu'elle est, et que nos partenaires psychologues et psychiatre travaillant sur la violence conjugale ont pu constater, décrire et expliquer.
Comme tous ceux qui s’occupent de la violence sur les enfants.

 

Nous pensons qu'en France, les idées recues sur ces victimes soient si ancrées dans la population et ses dirigeants, que cela provoque la cécité  du Pays et de ses dirigeants.
C'est ce qui explique sans doute que les chiffres officiels de ces hommes victimes ont été purement et simplement supprimées.

Sans qu'il n'y ait eu aucune réaction en France.

Au Pays des droits de Lhomme,

Ce qui constitue un délit de décimation envers un genre,
passible de prison et d'une forte amende.

 

C'est ainsi que la réalité qui dérange les idées reçues, est purement niée,
par le Pays entier, et même par l'élite médicale comme les autres élites.
Quelle élite en France s’est levée pour les hommes victimes ?

C'est tout un peuple qui devient aveugle à un martyr de masse.

Celui de ces hommes et enfants maltraités.

 

Il semble que la violence conjugale n’a pas de genre.

 

Cela n'entame pas la lutte des femmes pour légalité.

Et donc une idée que l'on se fait de la démocratie en France, et dans les pays modernes.

 

C'est parce que nous avons ces valeurs que nous soutenons la lutte des femmes pour l’égalité hommes femmes. Et sans réserve.

 

Mais si nous avons ces valeurs, qui nous placent dans la conscience que nous sommes supposés avoir, comment serait-il possible de purement effacer plusieurs centaines de milliers de victimes en France, hommes et leurs enfants ?

Jusqu'à leurs statistiques officielles ?

Pour la simple raison qu'il s'agit d’hommes ?

 

QUAND UN TABOU EN CACHE BIEN DAUTRES :

 

Peu de journalistes en France ont eu le courage d'aborder le tabou des hommes battus, car derrière se cachent des idées recues qui sont autant de tabous sur la représentation des hommes et des femmes en France.

 

La guerre des sexismes en France est telle que ces tabous sont devenus des armes pour certains, comme ceux qui nous ont interdit, les hommes victimes, officiellement le  Grenelle des violences conjugales pour la raison officielle que la cause des hommes victimes ne sert pas la cause des femmes victimes.

Tout simplement.

 

Les certitudes sont si fortes que certains admettent dans leur conscience le sacrifice d'un genre humain.

Et en toute légalité.

 

Même la loi est devenue impuissante.

Impuissante contre le tabou.
Contre les tabous impliqués derrière le tabou des hommes victimes.

 

Ou les hommes sont représentés comme des bourreaux, et les femmes comme victimes, dans le domaine de la violence dans le couple, et les enfants spectateurs un nouveau tabou.

 

Alors que les autres pays évoluent et permettent de découvrir des centaines de milliers de nouvelles victimes, les hommes maltraités et leurs enfants,
et même les enfants des femmes maltraitées,
toutes ces victimes restent des tabous en France.

 

Comment admettre qu'il est probable qu'il y ait autant de femmes et hommes battus dans le monde ?

 

Comment admettre que les enfants spectateurs sont encore plus nombreux.
Qui forment un nouveau tabou ?

 

Et comment admettre ces réalités, qui remettent en cause à nouveau nos représentations actuelles sur les femmes et les hommes, qui sont encore de nouveaux tabous,

 

Ensemble de tabous et sujets explosifs qui font peur à la majorité des médias, politiques et intellectuels en France.

 

Elites qui n'ont jamais répondu à nos appels, malgré nos dossiers en ligne, car ils étaient sans doute terrorisés de fouiller dans leur propre conscience, ou d'avoir peur de réalités qui mettent en jeu toute une séries de tabous, de nature à remettre en question à peu près toutes nos certitudes sur les genres, et par les genres, sur l'humain.

 

Pour que nous puissions faire correctement ce travail gigantesque, chers lectrices et lecteurs, il vous faut lire toute la première page de notre site internet, et tous les liens qui y sont, et me dire si mes dossiers ont été de nature à remettre en cause vos propres certitudes.

 

Et si vous êtes convaincus de la grandeur de la tâche, peut être alors deviendrez-vous vous-même, des lecteurs engagés, de nouveaux lanceurs d'alerte ?

 

Des défenseurs des droits de l'humain ?

Alors vous aurez déclaré la guerre aux certitudes, ici comme ailleurs dans le monde.

 

Ces mêmes victimes en effet inconnues de l’Europe et de l’ONU, pour cause des mêmes tabous.

Bien d’autres organisations défenseurs des droits de Lhomme sont aveugles aussi.

 

La tâche est immense.

 

 

UN COMBAT EN AVANCE ?

 

Nous avons sans doute un demi-siècle d'avance en France, comme ailleurs.

Comme avaient il y a cinquante ans les femmes battues, les homosexuels, les LGBT, les enfants victimes.

Et qui sauvera les enfants spectateurs ?

Les enfants de la violence conjugale, ces éternels délaissés ? 

 

Notre voix est actuellement un prêche dans le désert.

Même les grands défenseurs des droits de L’homme en France ont peur de nos idées.

Ils n’ont pas répondu aux dossiers que nous leur avons envoyés.

Qui osera en France ?

 


Pascal COMBE

 



01/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres